Comment définir (et atteindre) vos objectifs les plus ambitieux de la bonne manière

Chaque année, des millions de personnes se réveillent le 1er janvier avec une liste de résolutions du Nouvel An. Ce sera, disent-ils, l’année où je lancerai le prochain Google, rédigerai un livre,  décrocherai une couverture de magazine .

Ce sont certainement des objectifs admirables. Mais la triste réalité est que 80% de ces résolutions ne seront jamais tenues. S’il existe de nombreuses raisons pour lesquelles notre détermination a tendance à s’affaiblir avec le temps, il arrive souvent que nos attentes soient tout simplement irréalistes. Pourquoi sortir s’entraîner pour un semi-marathon alors qu’on peut s’entraîner pour un marathon complet ? Pourquoi écrire une nouvelle alors qu’écrire un roman semble tellement plus passionnant ?

À la racine de cette réflexion se trouve ce qu’on appelle le “paradoxe des surperformants”, dans lequel nos succès nous amènent à fixer des objectifs à long terme qui peuvent ou non être réalisables. Laura Huang, professeure agrégée à la Harvard Business School, explique que les surperformants ont pour habitude de faire des ponts mentaux par exemple, un étudiant peut imaginer que donner une excellente réponse en cours leur garantira l’obtention du meilleur stage, quand, d’un autre côté, une mauvaise réponse leur donnera l’impression qu’ils n’arriveront jamais à rien.

“Les surperformants ont tendance à basculer très rapidement entre deux états d’esprits : soit “le monde est incroyable et tout est un énorme succès” ; soit “c’est un désastre et je ne ferai jamais rien de moi-même””, explique-t-elle. Le problème est que cet état d’esprit peut être très délétère pour la réussite future.

Objectifs inatteignables : ami ou ennemi ?

En termes moins farfelus, se fixer des objectifs apparemment inaccessibles vous oblige à travailler plus dur et à rechercher les limites de votre potentiel. C’est par exemple ce qui est arrivé à Steve Davis, un employé de SpaceX qui a été chargé par Elon Musk de créer une pièce à 120 000 $ pour seulement 5 000 $. Après des mois de travail acharné, Davis a relevé le défi et a créé la pièce en question pour seulement 3900 $. (La réponse de Musk quand Davis a dit à son patron qu’il avait réussi ? “OK.”) La morale est que même lorsqu’une demande semble apparemment irréalisable, nous sommes parfois surpris de découvrir qu’en fait, cela peut tout à fait être atteignable.

D’un autre côté, le problème avec le fait de se fixer des objectifs apparemment inaccessibles est qu’il est fort probable que l’échec frappe à la porte. Si nous nous concentrons uniquement sur la destination, nous perdons de vue les avantages que nous tirons du voyage. C’est tout particulièrement vrai si nous négligeons de nous féliciter des victoires obtenues en route.

Il y a aussi le risque d’être totalement paralysé par l’échec. Le fait est que plus votre objectif est long à atteindre, plus vous risquez d’échouer. Il n’y a rien de mal en soi à échouer  en fait, c’est même un outil indispensable à l’évolution. Mais si vous êtes tellement démoralisé par un revers que vous ne parvenez pas à passer par-dessus et que vous cessez complètement d’essayer, cela n’en valait probablement pas la peine.

Comment faire en sorte que se fixer des objectifs inatteignables fonctionne pour vous

Avec la bonne perspective, se fixer des objectifs inatteignables peut stimuler votre évolution et votre progression, même si vous n’atteignez pas votre objectif initial. Voici quelques façons de vous fixer des objectifs difficiles à atteindre sans les laisser vous détruire.

  • Abandonnez le perfectionnisme

Le “perfectionnisme” est l’un de ces traits qui semble admirable sur le papier, mais qui dénote en fait une véritable incapacité à avancer. Sous ces tendances perfectionnistes se cache une véritable terreur de se tromper. Comme l’écrivait Elizabeth Gilbert , auteur de Eat, Pray, Love , “Le perfectionnisme n’est qu’une version haut de gamme et haute couture de la peur. Abolir la peur de l’échec – ou du moins apprendre à la gérer – est le seul moyen d’atteindre la lune”.

Être perfectionniste vous empêchera d’ essayer vraiment , car vous chercherez toujours une raison qui fera que vous serez insatisfait du résultat. Pour freiner le perfectionnisme, Leo Babauta, fondateur de Zen Habits, suggère d’imaginer le pire des scénarios dans votre tête : le monde va-t-il s’arrêter de tourner ? Votre carrière sera-t-elle ruinée ? Probablement pas. Une autre stratégie consiste à créer un plan B pour vous aider à gérer votre peur de l’inconnu et à l’utiliser comme filet de sécurité. Et enfin, essayez de recadrer la peur comme de l’excitation, en l’abordant comme si vous étiez un explorateur qui se lance dans une aventure.

  • Célébrez les petites victoires

Au cours dès 15 ans écoulées depuis que je me suis lancé dans l’aventure JotForm, je me suis rendu compte que l’un des meilleurs moyens pour que les employés restent motivés et heureux dans leur travail est de ne pas attendre d’avoir atteint un objectif énorme pour célébrer les succès. Au lieu de cela, chacun peut régulièrement présenter son travail et ses avancées, souvent lors de nos journées de démonstration du vendredi, ce qui contribue à maintenir une dynamique positive en chemin, entre les grandes victoires.

Lorsqu’il s’agit d’atteindre un objectif inaccessible, ces petites victoires peuvent être le carburant dont vous avez besoin pour continuer. Teresa M. Amabile et Steven J. Kramer appellent cela le principe du progrès : “De tout ce qui peut stimuler les émotions, la motivation et les perceptions au cours d’une journée de travail, le plus important est de faire des progrès dans un travail significatif”, écrivent- ils. “Et plus les gens ressentent ce sentiment de progrès, plus ils sont susceptibles d’être productifs de manière créative à long terme.”

  • Travaillez en équipe

Si votre objectif est vraiment intimidant ou énorme, pourquoi essayer de le faire seul ? Que vous souhaitiez courir un marathon ou que vous lanciez un nouveau produit, disposer à vos côtés d’une équipe dévouée et solidaire fera toute la différence.  Brent Gleeson, Navy SEAL, explique que dans la première phase de la formation, l’équipage du bateau consiste en sept rameurs, lesquels rament dans des eaux agitées pendant des kilomètres chaque jour, et qu’il faut que chaque membre d’équipage pagaie dur pour parvenir à avancer.

“Lorsque vous vous fixez des objectifs et que vous recherchez le succès, vous devez parfois diriger et amener les autres à pagayer avec vous. Vous ne pouvez pas le faire tout seul” écrit- il. “Dès que vous réalisez que vous ne savez pas tout et que vous avez besoin d’aide en cours de route, vous avancerez bien plus vite.”

Se fixer de grands objectifs, finalement, ne concerne pas vraiment le grand objectif lui-même. Garder l’esprit ouvert vous permettra de grandir et d’évoluer en cours de route – et même si vous n’atteignez pas exactement votre objectif originel, vous aurez acquis de nouvelles compétences et deviendrez plus fort.

AUTEUR
Aytekin Tank est le fondateur et PDG de JotForm. Développeur de métier mais conteur de cœur, il écrit sur son parcours d'entrepreneur et partage des conseils pour les autres startups. Il adore écouter les histoires des utilisateurs de JotForm. Vous pouvez joindre Aytekin sur AytekinTank@JotForm.com

Envoyer un commentaire:

JotForm Avatar
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Commentaire:

Podo CommentSoyez le premier à commenter.